Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
mmmm
lkn

Des journalistes placés sous contrôle judiciaires: la riposte des associations de presse…

0 65

La liberté de la presse se porte de plus en plus mal en république de Guinée. En lieu et place de la loi organique qui encadre le métier, les magistrats qui poursuivent certains journalistes utilisent celle relative à la cyber- sécurité. Ce qui de l’avis des juristes est une violation systématique de la procédure. Outre cet état de fait, les associations de presse soutiennent que cette loi n’est pas publiée dans le journal officiel de la république.

C’est avec regret et frustration que nous constatons le maintien en toute impunité de la mise sous contrôle judiciaire de Aboubakr, directeur général de la radio lynx fm par un juge du tribunal de première instance de kaloum, ce cas s’ajoute à celui de Lansana Camara, Directeur de publication du site conakrylive.info, également sous contrôle judiciaire sans oublier le procès en cours de Mohamed Bangoura, Directeur de publication du site mosaiqueguinee.com etc.

Il convient d’ailleurs de rappeler à l’intention de l’opinion nationale et internationale que suite à plusieurs investigations menées par nos soins, il ne fait plus l’ombre d’aucun doute quant à la non publication dans le journal officiel de la République de la loi 037 portant cyber-sécurité et protection des données à caractère personnel d’où sa nullité et son inopposabilité face aux citoyens.

Ceci nous ramène de facto à une double violation de la loi puisque celle portant sur la liberté de la presse en est également victime de la part du même juge et du même tribunal. A cet effet, nous comptons saisir le conseil supérieur de la magistrature par une plainte régulière en bonne et due forme avant d’interpeler la cour suprême à travers sa chambre administrative pour le fait de nullité de cet acte du juge d’instruction.

A cet stade, nous pensons que l’opinion a grand besoin de connaitre l’identité de ces juges qui se prêtent à ces pratiques liberticides et rétrogrades. En conclusion, les organisations professionnelles de médias en Guinée informent l’opinion qu’elles s’opposeront de la manière la plus catégorique dès ce mercredi à cette injustice qui n’a que trop durée.

 Elles invitent toutes la presse nationale à se présenter ce mercredi dès 8h 00 au tribunal de première instance de kaloum pour venir signer l’acte de présence car, dorénavant, nous serons tous sous contrôle judiciaire. Que les registres soient donc nombreux et spacieux, il y aura beaucoup de signatures.

La presse mérite mieux !!!

Ont signé: URTELGUI, AGUIPEL, AGEPI, REMIGUI, APAC, SPPG, UPLG, UFSIG, AJPRG, l’UPF

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.