Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
mmmm

L’avocat des 7 opposants au 3ème mandat contredit le chargé de communication du Ministère de la justice

0 136

Invité du magazine dénommé SEMAINE INFOS, du groupe evasion guinée, le chargé de communication du Ministère de la justice a passé au crible, l’affaire dite des 7 opposants condamnés à kindia à 3 mois de prison chacun et au paiement de 5 cent mille gnf comme amende. Ils ont été transférés à Conakry où devrait s’ouvrir ce lundi 13 mai leur procès en appel.

  • Premier point: Les circonstances de l’arrestation des Opposants au 3ème mandat, le conseiller en communication du Ministère de la justice a soutenu que les 7 jeunes ont été interpellés avec des pencartes sur les quelles on prouvait lire » non au 3ème mandat ». Pour Me salifou Béavogui,  » ses clients ont été interpellés munis de dépliants et non de pencartes. Les opposants portaient des tee-shirts sur lesquels on pouvait lire : FNDC : ne toucher pas a ma constitution. Et pour d’autres des Tee- shirts sur les quels il y’ avaient des photos de Cellou Dalein Diallo, de Sidya Touré. Un sur les 7 portait une chemise sur laquelle était mentionnée RPG Arc-en-ciel et Cellou Dalein Diallo UFDG.
  • Deuxième point: les infractions poursuivies. Le chargé de Communication du Ministère de la justice, déclare dans cette interview que les infractions poursuivies ont été commises.
  • L’avocat Béavogui conteste et certifie que,  » les infractions poursuivies: trouble à l’ordre public et entrave à la liberté de manifester n’ont pas de tentatives. Ce sont des infractions matérielles. Normalement on devait laisser les opposants au 3ème mandat entrer au stade pour commettre les infractions, puis qu’elles n’ont été commises« , dit-il.
  • Le troisième point: Sur la saisine, Sékou Kéita dit que le tribunal a été saisi. Salifou Béavogui avoue, « qu’aucun juge d’instruction n’a été saisie de l’affaire. Le dossier a été pris en flagrance ».
  • Quatrième point: Aucune peine n’a été requise par le procureur, l’empereur des poursuites, selon sékou Kéita. C’est le seul point partagé par Me Béa. Pour lui, C’est une faute professionnelle grave de la part du procureur du tribunal de Kindia et du juge. Le dernier( le juge), ne devrait pas condamné les opposants. Mohamed Saliou Camara pour investigatorguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.